Revue de presse

Retrouvez notre revue de presse par ordre chronologique en partant des plus récents. Elle concerne les sorties du label studiolabut.

Pour écouter notre catalogue en ligne : https://studiolabut.bandcamp.com

Félines

3 musicians, who can do a concert alone, now ignite a firework of sounds, across all genres and that’s a lot of fun. ! listen !

3 Musiker, die allein ein Konzert bestreiten können, entfachen nun zu dritt ein Feuerwerk an Sounds, quer durch alle Genres und das macht irre viel Spass. ! Anhören !

3 musiciens, capables de faire un concert seuls, allument désormais un feu d’artifice de sons, dans tous les genres et ça fait plaisir. ! écouter !

RadioHörer

RADIO – ET CONSEILS MÉDIATIQUES POUR LA NOUVELLE MUSIQUE ET LES FANS DE JAZZ, CONCERTS ET AUDIBLES

Release Tipp : Jozef Dumoulin, Kasper T Toeplitz, Yèrri-G Hummel – Félines / LAB’UT

! CONSEILS MUSICAUX / CONSEILS DE SORTIE ” 23 NOVEMBRE 2022

Les trois musiciens partagent une approche commune de la musique, basée sur le traitement en temps réel de leur instrument, et proposent une œuvre aux textures sonores à la croisée du drone, de la musique concrète et de l’improvisation libre.

 Félines est un projet produit à Strasbourg par le Studio Labut. Yérri-G Hummel a invité Kaspar T Toeplitz, Jozef Dumoulin et Lucas Lejeune à jouer pour ce projet selon de nouvelles règles.

            L’histoire de LAB’UT

Fondée en 2004 par son fondateur et directeur artistique Yérri-Gaspar Hummel, l’association U.T. a pour but de promouvoir la création électronique ; produire et diffuser de la musique. Destinée à l’origine à des actions dans la région strasbourgeoise, elle a depuis acquis un rayonnement national et international. Désormais, les activités de l’association se concentrent sur le studio d’enregistrement LAB’UT à Neudorf. Les différents projets qui y sont développés interrogent le rapport de l’homme aux nouvelles technologies et leur interaction avec les problèmes environnementaux à travers le médium de l’art sonore.

Le LAB’UT, label de Yérri-Gaspar Hummel, est conçu comme un terrain d’expérimentation musicale et les publications qui y voient le jour sont avant tout transfrontalières.

Ce qui est simplement décrit ici comme “jouer selon de nouvelles règles” est bien plus que cela. Des mondes dystopiques sont mesurés acoustiquement. Parfois brutal sur le plan sonore, j’ai un plaisir immense à écouter les grattements, les improvisations, les drones et les autres caprices sonores. Oui, vraiment, ce projet s’apprête à rester très durablement dans la mémoire musicale. Au grand dam de mes voisins !

Eldoradio – Novembre 2022
Dortmund 93.00
Klangwelten #438
22.11.2022, 20:00
www.eldoradio.de
Audio: kuhzunft.com/radioshow.html

RCV Lille 99.0

El Réanimator #1453

18 novembre 2022

http://rcv99fm.org

KL4NG

BLOW UP – Italie “Le tout bien pensé, comme un jouet à démonter et à remonter”
MUSIC MAP // “Live à Venise, publié par Studiolabut Records, est un album ambitieux et irrésistible

KL4NG / Music Map (FR)

Italia

Kl4ng’s Live à Venise, la collaboration entre l’ensemble strasbourgeois Accroche Note, composé du soprano François Kubler et du clarinettiste Armand Angster, le musicien et DJ Yérri-Gaspar Hummer et le DJ Pablo Valentino, est une splendide carte de visite pour le projet. Basé sur des improvisations et des rythmes et réponses dynamiques et contrastés qui ont pour points de référence le free jazz et la musique électronique la plus rythmée et la plus soignée.

L’expérimentation de l’aventure Kl4ng est le fruit évident et inévitable des approches sonores de ceux qui font partie de ce voyage : un duo de formation classique qui embrasse le jazz d’avant-garde sans oublier la tradition, un musicien et DJ qui place le rythme et la pulsation comme éléments principaux, et un DJ intéressé par le tissage de textures électroacoustiques et atonales. Tout cela porte l’univers de Kl4ng, né en 2015, à des niveaux remarquables d’originalité et de courage.

Live à Venise, publié par Studiolabut Records, est un ambitieux et irrésistible album. Prise en sandwich entre une intro et une outro programmatiques et synthétiques, l’heure foisonnante du projet est une succession de vibrations et de notes, de pluies acides de rythmes contrastés et dynamiques et d’apparitions soudaines du

des rythmes dynamiques et des apparitions soudaines et obsédantes. Les poussées de la clarinette et l’électronique urticante des synthés et des boîtes à rythmes se piétinent mutuellement d’une manière curieuse et tragique, la poussée des percussions enveloppe le tout dans une capsule oscillante qui semble se mouvoir dans les points les plus sombres de galaxies inconnues. Aux visions presque amusantes de “Lesspool” répond le vol fou de “Firmin”, où des voix hypnotiques semblent mener les instruments et le rythme par la main dans un enfer de passions. La dimension globale et grandiose de l’idée que Kl4ng se fait de la musique est particulièrement évidente dans des épisodes comme “Ribouldingue” et dans des passages intemporels de science-fiction comme “Carlos”. Même un morceau comme “Le Fou Saxophonisant”, presque monumental dans son érection, est un autre exemple parfait de la manière dont Kl4ng entend se mouvoir dans son univers.

Ce que Live à Venise nous dit de cette extraordinaire et obscure aventure, c’est que le free jazz, l’électronique et l’avant-garde peuvent en quelque sorte se confronter et dialoguer sans jamais oublier qu’il y a derrière eux une tradition qu’il ne faut jamais renier mais, au contraire, écouter, au mieux avaler, au mieux dépasser et combattre, mais c’est à partir d’elle que l’on commence à créer un nouveau parcours. C’est ce que font les Kl4ng, conscients de leur talent et de leur formation.

Samuele Conficoni

RadioHoerer – “… Un projet avec un brin d’humour et de spectacle…”
African paper, KL4NG – Berlin

IGUAN

Salt Peanuts, Norvège
MusicMap, Italie

(Traduit de l’italien) Iguan est le nom d’un projet né à Strasbourg de Claire Trouilloud, voix et composition, et Yérri-Gaspar Hummel, électronique live et composition.
Il y a un peu moins d’un mois, le duo sortait son premier opus, intitulé “Heaven’s Door” (sorti chez LAB’UT Records), qui comprend quatre titres : “Maguyn”, “Waves”, “Heaven’s Door”, divisés en sept épisodes, et “Iguan live Simultania”, chapitre un et deux.
L’œuvre se présente comme l’intersection de la musique concrète et de la poésie sonore, avec un rôle précieux joué par l’électronique. Dans un contexte dominé par l’improvisation la plus pure, la voix claire et chaleureuse de Claire Trouilloud devient presque un instrument, tandis que les mélodies et les rythmes s’abstraits pour laisser place aux dialogues et à un univers sonore qui apparaît instinctif.
Les deux musiciens ont dit avoir gardé en tête l’image de l’iguane, à mi-chemin entre le monstrueux et le magnifique, et tenté de restituer ce genre de sensations dans des paysages suggérés par des sons qui rassurent et terrifient, qui fascinent et se rendent lysergiques au l’espace de quelques secondes, avec un
savant jeu d’effets. “Heaven’s Door” est une œuvre complexe destinée à un petit public, mais qui témoigne de la grande qualité en termes d’improvisation et de composition des deux musiciens.

Piergiuseppe Lippolis

IGUAN on AUDION

Traduit de l’anglais /
J’ai récemment reçu de la musique vraiment bizarre et inclassable. Un duo strasbourgeois (France) dont la musique est “basée sur l’improvisation de la voix et l’électronique live. Entre “poésie sonore et musique concrète” pour citer le pitch promotionnel. Bien que je sois certainement habitué à cette approche en musique (de telles combinaisons se produisaient souvent lors d’événements Quadelectronic, dont je suis impliqué en tant qu’interprète), pourtant ce duo composé de : Claire Trouilloud (voix, composition) et Yérri-G Hummel (électronique , composition) a adopté une telle approche à un tout autre niveau. Je suppose que l’indice est la génération de la composition, car ces enregistrements peuvent être improvisés, mais il semblerait qu’ils se soient également engagés dans beaucoup de post-production, en recomposant le matériel de manière électroacoustique avancée. Claire est aussi une chanteuse assez bizarre, en ce sens qu’elle peut prononcer des combinaisons de pseudo-mots absurdes et de pure abstractino tout en engageant aussi une gamme assez large, du doux et suave à l’extrême délire.

HAMBURG / http://www.nitestylez.de

IGUAN – HEAVEN’S DOOR (CD by Lab’ut)

An iguan – that’s what the duo behind Iguan has in mind when making their music. According to them, that creature is both monstrous and magnificent, and so is their thinking over what they make with their band. The combination of heavenly vocals and dark electronics does indeed have that in it, but everything stays neatly within limits; it’s not all that heavy as previously indicated. Claire Trouilloud does the vocals, and Yerri-Gaspar Hummel does the electronics; both make the compositions. This cannot be done otherwise because all tracks originated from improvisation. This also means that the vocals don’t have much variation because they follow the electronically generated tone that mostly stays in the same register. There is also not often variation in rhythm. It actually only gets really interesting when poetry also comes into play, then, the musicians no longer hold each other in the pliers, but they can afford more freedom. Even so, the seven tracks remain an open the door to heaven, primarily because of Trouilloud’s fairytale voice. The volcanic bubbling of Hummel’s electronics shows the other side of the coin. (AVS)
––– Address: http://iguanduo.bandcamp.com/

Klassika Raadio, Talinn
FBI – Australia

Sort of contemporary classical but improvised as well, IGUAN with vocalist Claire Trouilloud and Yérri-G Hummel on electronics. Related to Studio LAB’UT with their album Heaven’s door on their duo IGUAN. Strange vocals and improvisation with a new album just out !

http://rcv-lille.radio-website.com/
The Parish News
NOVO MAG, by Emmanuel Dosda
Paris, Revue et corrigé, Pierre Durr
Berlin, African paper

Kaspar

Kaspar (premier du disque du label studiolabut ndlr) est un album réjouissant, qui offre à l’auditeur une plongée archéologique, rafraichissante et érudite, sans didactisme, dans tout ce que les musiques électroniques ont pu amener de meilleur au cours d’une histoire de quatre-vingts ans.

Guillaume Kosmicki sur Hémisphère son

Late junction on BBC3 radio

I think what interests me most reading about this artist call Kaspar is that he’s a beekeeper he’s Frenchman Yérri-Gaspar Hummel, he finds inspiration he says “in the rhythm of daily object and sounds” but especially in honeybees turning his observations of them into dance music this album called “MFD – music for dance”. Bees are such fascinating creatures and of course, Dante knew that in paradise and so he can just open images of heaven as a white rose with angels swarm around him like bees.
So we are joining in the marking of the 700th anniversary of Dante Alighieri’s death on “late junction tonight”. The actual day that he died was the 14th September. So on that’s very night this week it was a great edition of free thinking on BBC radio 3 with look to Dante’s vision if we can go back to that on BBC’s sounds
.

BBC3 radio, late junction

“Je pense que ce qui m’intéresse le plus à lire sur cet artiste appelé Kaspar c’est qu’il est apiculteur. Le français Yérri-Gaspar Hummel, trouve son inspiration « dans le rythme des objets et les sons du quotidieaan ». Mais surtout chez les abeilles, transformant ainsi ses observations dans la musique pour danser nom de son nouvel album intitulé : « MFD – music for dance ».

Les abeilles sont des créatures si fascinantes et bien sûr, Dante le savait : “dans son paradis, ilåpeut simplement ouvrir des images du ciel telle une rose blanche où des anges grouilleraient autour de lui comme des abeilles”. Nous nous joignons à la célébration du 700e anniversaire de la mort de Dante Alighieri dans l’émission “late junction”. Le jour même de sa mort, le 14 septembre 1321. Donc, c’est ce soir-là, cette semaine, une excellente réflexion libre sur BBC radio 3 avec un regard sur la vision de Dante si nous pouvons oser cela avec votre permission.

aBBC3 radio, late junction (traduction FR)


C’est un nom qui pèse dans le monde franco-allemand de la musique contemporaine et électro : la carrière de Yérri Gaspar-Hummel se déroule entre les deux pays. Le musicien aime butiner entre différentes influences musicales, la preuve puisqu’il a lancé, il y a 20 ans le festival Exhibitronic à Strasbourg, moins connu que son grand frère Musica, mais à la programmation audacieuse puisqu’on y entend aussi bien des performances de guitare électronique dans la cathédrale, des concerts pour projection vidéo et piano préparé que des sessions électro qui durent toute la nuit dans les clubs alternatifs de la ville.

Suzanne Gervais, France Musique


Les sons de tous les jours trouvent des arrangements inhabituels sur l’album MFD de Kaspar. Bouillonnant et rebondissant partout sur la platine, une tentation du chat sur la couverture. Un morceau s’appelle «Sofa», un clin d’œil possible à la façon dont nous écoutons de la musique pendant une pandémie (Lab’ut Labut, 4 septembre / LAB’UT001). by postrockcafe / Electronic acloserlisten, Toronto, Canada


Yérri-Gaspar Hummel alias Kaspår est un sculpteur sonore absorbant le monde, pour en offrir une vision poétique aux loops tranchants et addictifs.
MFD captive sur les bandes de l’existence, des traces d’éphémérité, poussières dansant sur des convulsions de rythmiques déhanchées, enchainant notre esprit à une expérience relevant presque de la transe. Conçu autour de bruitages et d’instruments familiers, MFD est pourtant une oeuvre inclassable, s’éloignant avec habileté de codes employés par d’autres.
Kaspår s’amuse avec la matière et les textures, les manipule pour en extraire un suc vénéneux aux effluves tournoyantes, écrit des histoires à l’absurdité miroir, cartoon débraillé à l’insolence libertaire, ombres glissantes d’un monde en expansion. Sidérant.

Roland Torres, silence and music

Resonance FM / London

Pierre Durr, Revue et corrigé
by klassikaraadio.err.ee – fantaasia aivar tonso / Talinn Estonie

Yérri-Gaspar Hummel alias Kaspar avec Music For Dance
L’artiste sonore et apiculteur strasbourgeois Yérri-Gaspar Hummel sort le premier album « MFD » (« Musique For Dance ») de son projet Kaspar, qui combine un cadre de rythmes électroniques (poly) avec des sons samplés dans un son électroacoustique et acousmatique. Entier. Les morceaux individuels ont été écrits depuis 2009, avec une co-composition avec Christine Ott. Un line-up plus que solide d’invités fait de l’album ce qu’il est, à savoir Duncan Pinhas (Kobol), Rémi Schwartz (percussions), François Hagenmuller (percussions), Olivier Maurel (percussions), Bruno Speranza-Martagão (Luth), Christine Ott (Onde Martenot), Vera Cavallien (Harpe), Elisa Arciniegas (chant), Rumiko Koyama (également), Alicia Girod Kusmeruk (violon), Leonardo Espejo (Buchla). L’album apparaît avec des illustrations de Tomi Ungerer dans les formats courants, disponible sur www.studiolabut.eu ou www.kaspar-music.com

AfricanPaper Aug21

« Kaspar est l’alter ego du musicien et artiste sonore français Yérri-Gaspar Hummel, qui se concentre sur la relation entre le son et la culture, les technologies émergentes et les problèmes environnementaux, les mouvements sonores et l’environnement multimédia à travers des performances et des installations en direct. Son travail visuel et sonore se retrouve à travers une variété de supports de production. Il explore la musique de l’improvisation aux compositions écrites, s’inspirant des rythmes des objets et des sons du quotidien, en particulier des abeilles à travers son travail d’apiculteur. Il a récemment créé le trio noise Félines avec Jozef Dumoulin et Kasper T. Toeplitz. Yérri-Gaspar a construit son laboratoire sonore et son festival Exhibitronic à Strasbourg, en France.
Il se produit et compose sous diverses formes sur scène et pour la radio. […] L’album est basé sur des recherches sonores dans les domaines électroacoustique et acousmatique, appliquées à la musique rythmique électronique. Composé dans différents studios européens entre l’Allemagne, la Belgique et la France, MFD s’inspire des sons du quotidien, samplés par Kaspar. Ces trames sonores ont été collectées lors de ses voyages en Inde, au Maroc, en Tunisie, en Egypte, en Belgique, en France, en Suède et aux USA. MFD est conçu pour faire danser le corps et l’âme. Ce premier album est une invitation à repenser nos lieux de danse.” (Lab’ut)

AfricanPaper Aug21

Mis sur le circuit seulement aujourd’hui le label “www.studiolabut.eu”, lance fraîchement le disque “MFD” (music for dance, ndlr). La plus récente sortie longplay créée par le compositeur et artiste sonore français Yerri-Gaspar Hummel a.k.a. Kaspar. Le titre de l’album étant censé être l’appréciation de “Music For Dance”, nous voyons Kaspar explorer un angle certainement basé sur des boucles et des découpages, au moins partiellement, la musique électronique rythmique au cours de treize pistes et d’un total de 62 minutes de lecture. Ce n’est pas une fonctionnalité de danse conviviale pour les DJ mais plutôt une expérimentation électroacoustique et un intérêt pour les rythmes des objets du quotidien – et des abeilles, en raison de l’expérience de M. Hummel dans l’apiculture.

Cela étant dit, “MFD” offre une expérience d’écoute large avec des coupes comme “Toupies” fusionnant des atmosphères de science-fiction vertigineuses avec des bips acides modulaires, ou encore “R.aube” se poursuivant avec une mécanique sombre et maussade ou même structure sonore robotique qui résonnera sûrement avec des dancefloors très avancés remplis de gens bien versés dans le genre Clicks’n’Cuts, des morceaux comme “Lueur” ou “(F)ragile Territoires” pèsent plus dans un collage lié à Musique concrète. Une approche expliqué par l’utilisation d’enregistrements de terrain (soundfiledrecording) largement traités tandis que “Dialog” offre des vents glacés, des sirènes bourdonnantes et des bruits de surface crépitants, le “Point De Rencontre” maussade mais minimaliste convoque des horreurs “Lovecraftiennes” tandis que les réverbérations métalliques et les décalages sonores troublants de “Fragment” pourrait être enregistré directement au cœur de marécages de méthane toxiques trouvés sur une exoplanète hostile très lointaine dans une autre galaxie pour n’en nommer que quelques-uns.

Passionnant et donc recommandé.

by BAZE.DJUNKIII – nitestylez.de : Kaspar – MFD – Lab’ut 001

https://hemisphereson.com/yerri-gaspar-hummel-ne-sarrete-jamais/


Rephlexion à Reims, la Magnifique Avant Garde

DNA, Strasbourg

I think what interests me most reading about this artist call Kaspar is that he’s a beekeeper he’s Frenchman Yérri-Gaspar Hummel, he finds inspiration he says “in the rhythm of daily object and sounds” but especially in honeybees turning his observations of them into dance music this album called “MFD – music for dance”. Bees are such fascinating creatures and of course, Dante knew that in paradise and so he can just open images of heaven as a white rose with angels swarm around him like bees.
So we are joining in the marking of the 700th anniversary of Dante Alighieri’s death on “late junction tonight”. The actual day that he died was the 14th September. So on that’s very night this week it was a great edition of free thinking on BBC radio 3 with look to Dante’s vision if we can go back to that on BBC’s sounds.

Pour les amateurs de machines, il faut absolument réserver la soirée (…) KL4NG verra la rencontre entre deux piliers de l’ensemble Accroche Note – Françoise Kubler et Armand Angster – et le DJ strasbourgeois Pablo Valentino ainsi que le directeur d’Exhibitronic et compositeur Yérri-Gaspar Hummel. L’occasion d’un concert unique et assurément étonnant dont la toile sonore conduira au-delà des frontières connues.

Rue 89

I think what interests me most reading about this artist call Kaspar is that he’s a beekeeper he’s Frenchman Yérri-Gaspar Hummel, he finds inspiration he says “in the rhythm of daily object and sounds” but especially in honeybees turning his observations of them into dance music this album called “MFD – music for dance”. Bees are such fascinating creatures and of course, Dante knew that in paradise and so he can just open images of heaven as a white rose with angels swarm around him like bees.
So we are joining in the marking of the 700th anniversary of Dante Alighieri’s death on “late junction tonight”. The actual day that he died was the 14th September. So on that’s very night this week it was a great edition of free thinking on BBC radio 3 with look to Dante’s vision if we can go back to that on BBC’s sounds.

I think what interests me most reading about this artist call Kaspar is that he’s a beekeeper he’s Frenchman Yérri-Gaspar Hummel, he finds inspiration he says “in the rhythm of daily object and sounds” but especially in honeybees turning his observations of them into dance music this album called “MFD – music for dance”. Bees are such fascinating creatures and of course, Dante knew that in paradise and so he can just open images of heaven as a white rose with angels swarm around him like bees.
So we are joining in the marking of the 700th anniversary of Dante Alighieri’s death on “late junction tonight”. The actual day that he died was the 14th September. So on that’s very night this week it was a great edition of free thinking on BBC radio 3 with look to Dante’s vision if we can go back to that on BBC’s sounds.